PLF 2013 & sécurité: intervention dans l’hémicycle

Hier soir en séance, je suis intervenu à la tribune pour évoquer le budget dédié à la sécurité en présence du Ministre de l’Intérieur, M. Manuel Valls.

Cliquez ici pour visualiser mon intervention

Extrait du compte-rendu de séance – 2ème séance du mardi 6 novembre 2012 :

« Madame la présidente, mes chers collègues, monsieur le ministre, en 2017, les Français nous jugeront sur deux points essentiels : la question sociale et économique, et la question de la sécurité.

Ce sont d’ailleurs les deux faces d’une même aspiration de nos citoyens à une société plus juste, plus protectrice et plus sûre. C’est là l’enjeu de votre budget : engager le chantier de la restauration d’une police républicaine confortée dans ses missions.  En tant que citoyen, je mesurais depuis des années la dégradation de la situation sécuritaire de nos territoires. Depuis mon élection comme député en juin dernier, j’ai rencontré sur le terrain les équipes de gendarmes et de policiers qui assurent notre sécurité, notamment dans ma circonscription à Sète, à Agde, à Pézenas. J’ai mesuré les besoins.

Globalement, les dégâts de dix ans de purges d’effectifs et de moyens sont considérables.

Les gendarmeries ont progressivement déserté nos campagnes, les escadrons de gendarmes mobiles ont été saignés à blanc, et le budget de l’institution a perdu près de 20 % entre 2006 et 2010.

La police a accumulé un retard considérable en matière d’équipements scientifiques, de moyens de recherche, de capacité informatique.

Sur le plan des effectifs, près de 7 000 postes ont été supprimés en dix ans.

Voilà le triste bilan d’une politique de droite… qui se prétendait sécuritaire, et qui a gravement démantelé notre appareil républicain de sécurité, parce qu’en matière de sécurité, le laxisme, il est à droite ! Les laxistes siègent sur les bancs de l’UMP !

Les conséquences sont là : des personnels motivés mais harassés et une opinion publique qui s’inquiète.

Monsieur le ministre, le chantier est immense, heureusement, je sais que vous n’aspirez pas au repos, mais au travail. Pour ma part, en tant que co-animateur avec Jean-Pierre Blazy du groupe de travail parlementaire du groupe SRC sur les zones de sécurité prioritaire, j’ai pu suivre de près la première pierre de l’édifice que vous construisez.

À mon sens, vous aviez une priorité absolue et deux impératifs. Nous les retrouvons aujourd’hui déclinés dans le budget présenté.

Une priorité absolue : celle de rétablir durablement l’ordre républicain, un ordre juste, dans les territoires qui ont été abandonnés par l’ancienne majorité. C’était l’esprit de votre visite avec le président de la République à Grenoble. C’est le sens des ZSP que vous déployez progressivement. Il fallait agir vite, avec méthode. Cette méthode est la bonne car il ne sert à rien de déployer épisodiquement des forces mobiles dans un secteur délaissé ou de laisser les Bac seules en première ligne. C’est dans la durée, avec une présence de terrain renforcée, qu’une forme insupportable de délinquance organisée sera enfin extirpée de nos territoires.

Votre premier impératif, c’est de donner les moyens pour que la population et les jeunes en particulier portent un nouveau regard sur nos forces de police et de gendarmerie. Cela passe par une police plus proche des citoyens, mieux équipée, mieux formée, avec des effectifs adaptés aux missions.

Votre second impératif, c’est d’intégrer nos forces de sécurité confortées dans une chaîne complète de prise en charge de la sécurité. C’est là tout l’intérêt des ZSP mises en place. Je suis convaincu que le réel caractère interministériel de cette démarche, appuyée sur la responsabilisation des acteurs de terrain et la motivation des policiers et gendarmes, va porter ses fruits.

Votre budget intègre également une dimension essentielle : celle de la modernisation de la police et de la gendarmerie. Chaque jour nous démontre que la vidéoprotection des espaces publics évite des délits ou permet la poursuite des auteurs de faits commis.

À cet égard, faut-il continuer à immobiliser de nombreux effectifs à des gardes statiques d’innombrables immeubles ou, au contraire, réfléchir à des missions plus motivantes et plus efficaces pour les policiers et gendarmes concernés ?

Chaque semaine nous apprend que la police scientifique apporte des preuves essentielles. Nous pouvons construire la police la plus efficace d’Europe par un investissement approprié.

Monsieur le ministre, nous sommes trente ans après les évènements des Minguettes. Trente années d’efforts pour contenir, souvent en vain, et faire régresser les violences urbaines. La délinquance n’a cessé d’être toujours plus visible, de s’étaler jusque dans nos campagnes, et d’introduire de l’insécurité dans notre société.

Au-delà de ce budget qui donne enfin une perspective claire à notre police et notre gendarmerie, il est temps, avec vous, de concevoir ensemble, dans une démarche de co-production associant gouvernement, parlement, professionnels, acteurs locaux, une nouvelle politique de sécurité adaptée à la réalité du XXIe siècle.

Pour relever ce défi, vous le savez, monsieur le ministre, vous avez toute notre confiance. »