« Les mauvais calculs du Maire d’Agde » (Midi Libre, 15 octobre 2013)

Aujourd’hui paraît dans Midi Libre ma réponse au maire d’Agde au sujet des chiffres qu’il avance sur trois dossiers majeurs : logement social, rythmes scolaires et fiscalité des ports de plaisance.

Cliquez ici pour accéder à l’article sur le site du Midi Libre

Ci-dessous ma réponse en intégralité:

Dans un récent communiqué, le maire d’Agde avance des chiffres concernant la construction de logements sociaux totalement infondés.  Il oublie de rappeler que la loi prévoit un étalement dans le temps de l’effort à accomplir, notamment pour Agde qui ne compte que 5,5 % de logements sociaux, malgré un taux de chômage de 17,3 %.

Certes, Agde a fait l’objet d’un arrêté de carence, n’ayant pas rempli l’objectif triennal de 261 logements (entre 2008 et 2010), avec seulement 147 logements créés au sens de la réglementation, soit un taux de réalisation de 58,3 %, mais la ville ne s’est pas acquittée de son amende majorée à ce jour.

Comment le maire d’Agde pourrait en outre avancer un chiffre précis concernant la fiscalité des ports de plaisance, alors que le décret d’application est encore en discussion et que l’on ne connaît pas la modulation dont le port d’Agde fera l’objet ? D’autant plus que la réforme pourrait être différée d’un an !

Le plus surprenant est le chiffre de 400 000 euros que représenterait le coût pour la commune de la réforme des rythmes scolaires, d’ailleurs souhaitée par l’ancien ministre UMP de l’Education Luc Chatel. Ce chiffre ne repose sur aucune base objective, notamment parce que l’Etat apporte une aide de 50 euros par enfant, à laquelle s’ajoute un complément de la CAF de 50 euros. Au total, l’aide financière est très proche du coût de 100 à 150 euros par an et par enfant estimé par l’Association des Maires de France (présidée par un maire UMP). L’Etat prend donc ses responsabilités, alors même que les activités périscolaires sont une compétence exclusive des communes. A titre de comparaison, à Denain (20 000 habitants) la réforme a coûté 50 000 euros.

Le maire d’Agde aurait pu évoquer avec plus de fiabilité l’augmentation de 132 % du taux d’endettement de la communauté d’agglomération Hérault Méditerranée ou encore les 4 millions d’euros de déficit annuel des hôpitaux du Bassin de Thau dont il assume la présidence…et les mauvais calculs financiers.

Une réponse à “« Les mauvais calculs du Maire d’Agde » (Midi Libre, 15 octobre 2013)

  1. Bien répondu, la campagne qui s’annonce va voir les mensonges se déverser avec ardeur et aplomb!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s