Contre les violences faites aux femmes

web 2 Vendredi 22 novembre, j’étais présent au siège du parti socialiste de l’Hérault à l’invitation de la Commission Fédérale « Droits des Femmes » qui organisait une soirée-débat en prélude à la Journée internationale contre les violences faites aux femmes.

Accueillis par Hussein BOURGI, notre débat, brillamment animé par Fatima BELLAREDJ, Présidente du Planning Familial 34, a été l’occasion d’améliorer notre compréhension d’un phénomène dramatique, qui nous concerne tous et toutes.

En tant que rapporteur de la loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes, j’ai évoqué l’état des discussions autour du projet de loi en matière des violences faites aux femmes, et rappelé brièvement les données nationales à ce sujet ( 400 000 femmes victimes de violences conjugales déclarées en 2 ans, 10 % de femmes victimes de violences conjugales, 148 femmes mortes sous les coups de leur conjoint en 2012, 20 % seulement des victimes se déplacent à la police ou à la gendarmerie, 16 % des femmes déclarent avoir subi des rapports forcés ou des tentatives de rapports forcés au cours de leur vie, 154 000 femmes (18 – 75 ans) ont déclaré avoir été victimes de viol entre 2010 et 2011).web 1

Ce constat, accablant, l’est tout autant par le coût économique qu’il représente pour notre société : 2,5 milliards d’euros !

Avant de céder la parole à Maître Nicolas GANGLOFF, avocat spécialisé dans le droit des personnes, j’ai souhaité préciser l’esprit de la Loi dont je suis le rapporteur à l’Assemblée Nationale et insister ainsi sur le fait que le texte ne créerait pas de droits nouveaux. En effet, nous nous concentrons sur les outils permettant de rendre effectifs les droits existants.

D’autres représentants d’associations et des professionnels sont également intervenus au cours de cette soirée, notamment :

  • Aline FAUCHERRE, Psychologue du CIDFF 34,
  • Christine CARRIE MAHMOUKI, Assistante sociale AGDE,
  • Bernard FABREGUETTES, Président de Solidarité Urgence Sétoise et Président du SIAO qui coordonne les actions des associations des divers plans d’hébergement d’urgence
  • Luis de la TORRE du CCAS de MONTPELLIER
  • Patricia CARETTE, Présidente de l’Association VIA VOLTAIRE,
  • Aude FRAUD, juriste à l’association ADIAV.

C’est à Mine GÜNBAY, Secrétaire Nationale Adjointe aux Droits des Femmes du PS, Conseillère Municipale de Strasbourg, qu’est revenue la tâche de conclure cette soirée particulièrement.

Les différentes interventions ont permis de mettre en lumière la complexité des situations vécues et en particulier la difficulté à apporter des réponses personnalisées à chaque femme victime de violences.

En ce sens, le plan lancé par la Ministre des Droits des Femmes permettra je l’espère d’améliorer considérablement l’aide apportée aux victimes avec un doublement du budget qui y est normalement consacré (66 millions d’euros pour les 3 prochaines années)

Ce plan s ‘articule autour de 3 priorités :

1/ Organiser l’action publique pour qu’aucune violence déclarée ne reste sans réponse

2/ Renforcer la protection des victimes (garantir 1650 solutions d’hébergement d’urgence supplémentaires d’ici 2017 et accélérer la réponse aux urgences médicales en cas de viol)

3/ Mobiliser la société toute entière et former les professionnels

A la suite de l’initiative de la Ministre des Droits des Femmes, je vous invite donc à mener 3 actions très concrètes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s