Timac-Agro : au coeur de la vocation industrielle de Sète

Timac agro 1Persuadé de la vocation industrielle de la ville de Sète, j’avais écrit à la direction de l’usine de Timac-Agro en leur proposant une rencontre suite à l’article paru dans Midi Libre en novembre dernier. Je me suis donc rendu, jeudi 29 janvier, sur le site de leur usine à Sète, accompagné de Madame Morgane BOURREE, directrice Agrofourniture du groupe pour la zone Est et de M. Florent CAPPE, directeur du site sétois.

Timac-Agro, dont le siège se situe à Saint-Malo, ville portuaire et touristique, est un des leaders mondiaux sur le marché de l’agrofourniture (engrais). Il se situe donc en amont de la chaîne de l’agroalimentaire en fournissant aux acteurs de l’agriculture les fertilisants et additifs nécessaires à l’équilibre nutritif des sols.

A partir de matières premières (azote, phosphates, etc.) acheminées via le port (60.000 tonnes de matières premières sont importées annuellement ou par transport fluvial), le site de Sète produit des granulés qui sont expédiés en majeure partie sur le territoire national. L’entreprise est donc un acteur économique essentiel pour Sète. Par ailleurs, elle emploie 75 personnes en temps plein, hors commerciaux (près de 60 personnes rattachées juridiquement à l’entité-mère de Saint-Malo) et assure 90% de sa sous-traitance par des emplois locaux.

Je souhaitais également m’informer quant à l’empreinte écologique de l’activité de Timac-Agro. J’ai, de ce point de vue, été plutôt rassuré. En effet, l’usine est désormais hors-classement Seveso et travaille à réduire son impact environnemental. Ainsi, c’est de la vapeur d’eau qui s’échappe de ses cheminées, vapeur créée par le chauffage (par chaudière au bois, permettant la réduction des émissions de CO2 par deux) des granulés afin de respecter le taux d’hydrométrie optimal pour chaque formule d’engrais. L’étang de Thau n’a, quant à lui, aucune raison d’être inquiété, les eaux usées sont retraitées sur le site directement grâce à la création, entre autres, d’un bassin de rétention.

Depuis 2007, ce sont au total 17 millions d’euros qui ont été investis sur le site sétois, désormais certifié ISO9001 (démarche qualité), ISO 14001 (management environnemental) et OHSAS 18001 (maîtrise opérationnelle des risques). Cette somme n’aurait pas été investie si le groupe n’avait pas été convaincu de la vocation industrielle de Sète car comme le souligne sa directrice, « dans le secteur de l’agriculture, les ports de Méditerranée sont stratégiques ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s