Le Président de la République à Carcassonne

FH Carcassonne 19 mai 2015Ce mardi soir, j’étais présent à Carcassonne afin d’assister à la prise de parole du Président de la République devant les élus de l’Aude et du Languedoc-Roussillon.

A la suite d’un déplacement au sein de la coopérative « La Fabrique du Sud » en présence de la Secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Économie sociale et solidaire Mme Carole DELGA, du Ministre de l’Economie Emmanuel MACRON et du Ministre de l’Agriculture Stéphane LE FOLL, le Président de la République a en effet tenu à s’exprimer devant les élus du territoire.

Dans ce discours, le Président a mis en perspective la politique menée depuis trois ans et celle qui sera conduite pendant les deux prochaines années. Il s’est également engagé à veiller personnellement à l’équilibre des territoires dans la perspective de l’alliance entre le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées.

Vous pouvez accéder au discours au format pdf ou encore visionner la vidéo de son intervention.

Voici quelques extraits prononcés à cette occasion:

Depuis 3 ans, le président de la République a « fait des choix », « non pour plaire, mais pour faire » : « tout pour l’emploi, tout pour la jeunesse, tout pour l’avenir ».

Car « présider la République, c’est prendre chaque jour des décisions » : « c’est moderniser le pays, ses structures, ses procédures, son organisation, son économie, ses rapports sociaux » ; « c’est donner plus de chance au plus grand nombre, c’est-à-dire d’abord à la jeunesse » ; « c’est aussi faire face aux défis du monde ».

« Certaines décisions répondent à l’urgence, d’autres ne produisent et ne produiront leurs effets que dans plusieurs années, et alors ? C’est ma responsabilité que de les prendre ». « Gouverner, ce n’est pas cliquer sur un bouton, ou claquer dans les doigts. Ça, c’est pour les prestidigitateurs, il y en a toujours ».

Ces choix ont toujours été « conformes à l’intérêt national, conformes aux engagements de campagne, cohérents par rapport aux objectifs fixés ».

Dans ses choix, le président de la République est resté « fidèle à [ses] engagements », à son « projet, [sa] feuille de route [qui] figurent en toutes lettres [dans le] discours du Bourget » : « d’abord le redressement, ensuite la redistribution ». Et « nous avons le devoir aussi de faire en sorte que la finance puisse être mise au service de l’économie réelle, et non qu’elle se serve de l’économie pour ses seuls profits. C’est une longue bataille, mais pour partie, nous l’avons non seulement engagée, mais sur certains points gagnée. Depuis trois ans, parce que c’est finalement devenu notre combat, mais c’est le combat de tous, la lutte contre la fraude fiscale, l’évasion fiscale, l’optimisation fiscale, les paradis fiscaux, a largement progressée ».

« Il faut garder l’esprit de réforme, sinon, on finit par renoncer à ses plus hautes ambitions. Rien n’est pire que le statu quo ». « Le monde ne nous attend pas ». « C’est à nous d’imposer la règle, c’est à nous de distribuer le jeu, c’est à nous de faire prévaloir nos ambitions, et parfois nos intérêts ». S’agissant de la réforme du collège, « comme dans toute réforme, il y a ceux qui la caricaturent et la vilipendent. On aurait fait une autre réforme que cela aurait été la même chose ».

Aussi faut-il « croire à la réussite de la France et à la réussite des choix que nous avons faits ». Certes, « tant que le chômage n’aura pas été réduit, le doute subsistera ». Mais « une nouvelle donne s’annonce sur le plan économique, mais il reste encore beaucoup à accomplir ». « L’essentiel, et le plus dur, c’est la confiance, elle ne se proclame pas, elle se conquiert. La confiance c’est aussi un combat contre la morosité, contre les discours qui font commerce du dépit, du déclin ». « La France, ce n’est pas une nostalgie, ce n’est pas une histoire ancienne, la France, c’est un projet, c’est un destin ».

Face à « l’option de la répétition » et au « risque de la destruction », le chemin que [le président de la République] propose est celui de la réussite partagée, celle qui élève le pays, sans abandonner les plus fragiles », « le chemin aussi qui prépare les générations futures sans sacrifier celles du présent, […] le chemin qui permet de vivre ensemble sans avoir peur de l’autre ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s